Tumeurs neuroendocrines - Diagnostic

 

Les tests utilisés pour établir un diagnostic de tumeur neuroendocrine varient selon la nature de la tumeur suspectée, l’âge et la condition médicale du patient, la sévérité des symptômes et les résultats de tests préliminaires. Ils sont :

 

  • La biopsie : En analysant un échantillon de tissu suspecté de cacher une tumeur, un pathologiste pourra déterminer s’il y a ou non présence de cellules cancéreuses. Pour ce faire, le médecin procèdera à une biopsie. Par une ponction dans le site où on suspecte la présence d’une tumeur, il prélèvera une partie du tissu qui pourra ensuite être analysé. Une partie du tissu prélevé pourra également servir dans le cadre d’un test moléculaire. Des spécialistes évalueront alors si la tumeur exprime de façon spécifique certaines protéines qui sont des marqueurs qui permettent d’identifier la nature de la tumeur.

  • Le test d’urine : Ce test permet de d’évaluer les niveaux de certains composants de l’urine. La présence de grandes quantités d’adrénaline par exemple peut être un signe de phéochromocytome.

  • Le test sanguin : Comme pour le test d’urine, le test sanguin permet de mesurer les niveaux de certains composants du sang. Si un phéochromocytome est suspecté, le médecin pourra procéder à deux tests (le test de stimulation au glucagon ou le test de suppression de la clonidine) pour évaluer ensuite dans le sang les niveaux d’adrénaline présents, et ainsi diagnostiquer la présence ou non d’un phéochromocytome.

  • Test d’imagerie : Les techniques d’imagerie médicale permettent de visualiser et de localiser une tumeur. Échographie par ultrasons, tomodensitométrie par rayons X et résonance magnétique nucléaire sont toutes des techniques qui permettront d’obtenir une image plus ou moins précise des organes de l’abdomen, mais surtout de déceler la présence d’une tumeur abdominale. Le patient chez qui on suspecte un trouble du tube digestif pourrait subir un test d’imagerie aux rayons X après avoir ingurgité une solution de baryum, en se collant aux parois du tube digestif, le baryum permet d’en connaître les contours et ainsi déceler la présence d’anomalies. L’utilisation de peptides qui sont de petites molécules qui s’attachent spécifiquement aux tumeurs neuro-endocrines, la médicine nucléaire permet de diagnostiquer, traiter et suivre ce type de tumeurs.