Cancer du système urinaire - Traitements


Cancer du rein

Le cancer du rein est traité de différentes façons selon la nature de la tumeur, mais aussi le stade de la maladie, l’âge et la santé générale du patient. Plus d’un traitement peut être envisagé.

 

Chirurgie :

La chirurgie est habituellement la première option pour traiter un patient atteint d’un cancer du rein. Selon la taille de la tumeur et l’avancement de la maladie, deux alternatives seront offertes au patient : une ablation partielle du rein (néphrectomie partielle), où seule la partie affectée par la tumeur est retirée, ou l’ablation totale du rein (néphrectomie radicale), une chirurgie où le rein est retiré en compagnie de la glande surrénale qui lui est accolée et de nodules lymphatiques compris dans la région opérée. Le rein restant à un individu est généralement suffisant pour opérer tout le travail qu’on lui fournit.

Dans un cas comme dans l’autre, deux approches chirurgicales peuvent être envisagées :

  • Chirurgie conventionnelle (ouverte) : Le chirurgien opère après avoir fait une large incision sur l’abdomen

  • Chirurgie laparoscopique : Le chirurgien effectue de petites incisions pour insérer sous la peau les instruments nécessaires à l’opération.

  • Cryochirurgie: Dans certains cas spécifiques, si la tumeur fait moins de 3 à 4 cm de diamètre, le médecin peut opter pour la cryochirurgie. Il n’aura alors besoin que d’une petite incision pour insérer dans la tumeur une aiguille qui congèlera ensuite la tumeur pour tuer ses cellules.

  • Ablation par radiofréquences : Dans certains cas spécifiques,, le médecin pourra procéder par utilisation de radiofréquences, et insérer dans la tumeur de petites électrodes qui brûleront la tumeur.

Chimiothérapie :

Si le cancer s’est répandu à d’autres tissus, un traitement par chimiothérapie peut être suggéré au patient. La chimiothérapie est un traitement qui utilise des médicaments qui arrêtent la croissance des cellules cancéreuses en les tuant ou en les empêchant de se multiplier, amenant ainsi une réduction de la taille des tumeurs. Le traitement peut être administré de différentes façons :

  • Par voie orale : Plusieurs médicaments utilisés en chimiothérapie sont disponibles sous la forme d’un comprimé. Le médicament est alors distribué partout dans l’organisme.

  • Par voie sanguine : Le traitement peut également être fait par injection du médicament directement dans une veine. En injectant le médicament directement dans le sang, celui-ci se retrouvera dans tous les tissus du corps.

 

Thérapie biologique :

Les patients dont le cancer du rein s’est répandu à d’autres organes peuvent être traité par thérapie biologique, une stratégie qui a pour objectif de stimuler le système immunitaire du patient pour qu’il s’attaque aux cellules cancéreuses, ralentisse la progression du cancer et réduise la taille des tumeurs. Le médicament biologique est injecté par voie intraveineuse dans le sang ou sous la peau. Des médicaments supplémentaires peuvent être donnés simultanément pour contrer des effets secondaires indésirables qui varient selon le type de traitement biologique et selon les individus.

 

Cancer de la vessie

Le cancer de la vessie est traité de différentes façons selon la nature de la tumeur, mais aussi le stade de la maladie, l’âge et la santé générale du patient. Plus d’un traitement peut être envisagé.

 

Chirurgie :

La chirurgie est habituellement la première option pour traiter un patient atteint d’un cancer du rein. Plusieurs types de chirurgie peuvent être envisagés selon le stade de développement du cancer de la vessie.

  • Résection transurétrale de la vessie (RTUV) : Cette procédure chirurgicale permet de retirer des tissus de la vessie en utilisant un cystoscope (un tube fin muni d’une lumière et d’un outil coupant) inséré dans l’urètre. Bien qu’aucune incision ne soit nécessaire, une anesthésie générale ou une anesthésie épidurale est généralement pratiquée. Cette approche est utilisée lorsque le cancer est à un stade précoce (stade 0 ou 1). La chirurgie peut être suivie d’un traitement par chimiothérapie ou par médicaments biologiques.

  • Chirurgie invasive : Ce type de chirurgie requiert une incision et peut prendre deux formes.

    • Cystectomie partielle : Si la tumeur est encore petite et unique, seule la région affectée peut être retirée par le chirurgien. À la suite de l’opération, le volume d’urine que pourra contenir la vessie sera donc réduit.

    • Cystectomie radicale : Lorsque le cancer est plus avancé et que des cellules cancéreuses ont migré dans la couche musculaire de la vessie (stade 2 ou 3), l’ablation totale de la vessie est nécessaire. Lors de l’intervention, le chirurgien retirera non seulement la vessie, mais également des nodules lymphatiques et possiblement la prostate chez l’homme et l’utérus chez la femme. La vessie sera alors remplacée par un sac plat porté à l’extérieur du corps, sous les vêtements. Alternativement, une partie de l’intestin peut être utilisé pour créer une pochette à l’intérieur du corps.

 

Chimiothérapie :

La chimiothérapie est un traitement qui utilise des médicaments qui arrêtent la croissance des cellules cancéreuses en les tuant ou en les empêchant de se multiplier, amenant ainsi une réduction de la taille des tumeurs. Dans le cadre d’un traitement pour un cancer de la vessie, la chimiothérapie peut être utilisée avant ou après une chirurgie, et de plusieurs manières :

  • Localement : Après une TURB (transurethral resection of the bladder), dans les cas d’un cancer de stade 0 ou 1, on poursuivra le traitement par une chimiothérapie locale. Pour ce faire, une solution contenant le médicament sera acheminée vers la vessie en passant par un cathéter inséré dans l’urètre. La solution médicamenteuse restera emprisonnée dans la vessie pendant plusieurs heures. On effectue généralement ce traitement une fois par semaine et pendant six semaines.

  • Par voie orale : Plusieurs médicaments expérimentaix utilisés en chimiothérapie sont disponibles sous forme de comprimés. Ils peuvent être administrés avant ou après une chirurgie.

  • Par voie sanguine : Lorsque le cancer est à un stade plus avancé (stade 2 ou 3), le médecin voudra s’attaquer aux cellules cancéreuses qui auraient pu s’échapper de la vessie. En injectant le médicament directement dans le sang, celui-ci se retrouvera dans tous les tissus du corps.

 

Thérapie biologique :

Les patients dont le cancer de la vessie est à un stade peu avancé peuvent être traité par thérapie biologique, une stratégie qui a pour objectif de stimuler le système immunitaire du patient pour qu’il s’attaque aux cellules cancéreuses, ralentisse la progression du cancer et réduise la taille des tumeurs. Le médicament biologique, un vaccin de bacilles Calmette-Guérin (BCG) qui contient des extraits de bactéries, sera injecté dans la vessie par l’entremise d’un cathéter. Il devra y rester au moins deux heures. Le traitement est souvent administré après une cystectomie partielle, et est effectué une fois par semaine pendant six semaines.

 

Radiothérapie :

Dans certains cas bien spécifiques, les patients dont le cancer est à un stade avancé pourront recevoir un traitement de radiothérapie en plus d’un traitement de chimiothérapie. La radiothérapie utilise des radiations de haute énergie, des rayons gamma ou d’autres types de radiations pour tuer les cellules cancéreuses et pour faire réduire la taille des tumeurs. Les radiations peuvent être émises par un appareil qui est à l’extérieur du corps (thérapie par radiation externe), ou elles peuvent être émises par du matériel qui est placé dans le corps du patient, tout près des cellules cancéreuses (thérapie par radiation interne). La façon dont la radiothérapie est administrée dépend du type et du stade du cancer à traiter.