Témoignage de Nathalie

Nathalie, 47 ans, a eu le cancer de la peau. 

Nathalie travaille à la Société de recherche depuis plus de 7ans en tant de directrice générale adjointe. 


Nathalie Giroux




" Au mois de mai prochain, je réaliserai tout un défi physique qui consistera à marcher en moyenne 6 heures par jour, pendant 8 jours consécutifs, sur les sentiers escarpés de la Crète. Je réaliserai ce défi dans le but de recueillir des fonds pour la Société de recherche sur le cancer. Mon objectif est ambitieux : recueillir 9 500 $ !



Pourquoi ?

" Pourquoi me demandez-vous? Comme employée de la Société, je connais bien les statistiques sur le cancer, notamment celle qui dit qu’une personne sur deux développera cette maladie au cours de sa vie. Jusqu’à tout récemment, ce qui n’était qu’une statistique est devenue une réalité… Entre 2012 et 2013, j’ai constaté l’apparition d’une vilaine tache sur ma cuisse gauche. Par acquis de conscience, je l’ai fait examiner pour apprendre qu’il s’agissait d’un mélanome malin. On reste alors très surpris et on se demande ce qu’on a bien pu faire pour que ça nous arrive (moi qui ai toujours détesté m’exposer au soleil…). Et puis, tout ce qu’on veut, c’est se faire enlever ça ! Heureusement, en moins de 2 semaines, j’étais opérée. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’un mauvais souvenir. Par contre, je sais que ça aurait pu être plus grave, et que je pourrais développer à nouveau un cancer. Alors, pourquoi ai-je décidé de relever ce défi ? Pour célébrer ma santé retrouvée, pour le bien de ma famille, et par altruisme pour les autres! "

"J’ai une responsabilité envers la génération qui me suit"
" Grâce à la recherche menée au cours des dernières années, les personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer aujourd’hui ont une meilleure chance de survivre les 5 prochaines années comparativement à celle qu’elles auraient eue il y a à peine 10 ans. Cette recherche, elle a été financée par de généreuses personnes qui avaient à cœur d’aider les chercheurs canadiens à trouver des solutions pour vaincre le cancer. Aujourd’hui, je considère qu’il est de mon devoir d’en faire tout autant pour la génération qui me suit !"

" Enfin, j’aimerais profiter de cette tribune pour remercier toutes les personnes qui ont contribué, par le passé, au financement de la recherche sur le cancer. Nous sommes plusieurs à vous devoir la vie !"